Le thé, la boisson la plus populaire en Chine.

La Chine est l’un des plus grands pays producteurs de thé au monde. Pas étonnant, puisque certains des meilleurs thés sont cultivés ici. Sachant cela, il est facile de comprendre pourquoi les Chinois en boivent.

le thé la boisson la plus populaire en Chine

Le thé de ce pays a un goût délicieux, quel qu’il soit ; de plus, ses propriétés sont excellentes pour la santé.

La légende populaire veut qu’un matin très froid, l’empereur Shennong se soit assis pour se reposer au pied d’un arbre. Là, il a fait bouillir de l’eau dans un feu pour la réchauffer, et lorsque l’eau s’est réchauffée, des feuilles sont tombées dans la marmite sans que Shennong ne s’en aperçoive. Bientôt, il a commencé à remarquer une odeur agréable et a découvert qu’elle provenait de l’eau. Par curiosité, il en a pris une gorgée et a été surpris par le goût. Ce qui était tombé dans l’eau était les feuilles de Camellia sinensis (populairement connu comme le théier), et Shennong avait sans le savoir goûté le premier thé de l’histoire.

Selon le livre de la dynastie Han : Classic of the Roots and Herbs of the Divine Farmer, Shennong a également découvert les propriétés médicinales de cette plante et est allé jusqu’à affirmer qu’elle sert d’antidote à plus de 70 plantes vénéneuses.

Nous ne savons pas si la découverte s’est vraiment produite de cette façon, mais ce qui est clair, c’est que la boisson a une histoire millénaire. Pour preuve, nous avons une découverte surprenante faite en 2016 près de la ville de Xi’an. Lors de fouilles dans le mausolée de l’empereur Jing, une sorte de matériau carbonisé a été trouvé qui s’est avéré être une poignée de feuilles de thé de plus de 2 100 ans. C’était une véritable découverte, car jusqu’alors on avait découvert des textes de l’époque qui mentionnaient les usages médicinaux du thé, mais jamais jusqu’à l’année dernière on n’avait trouvé de preuves physiques aussi anciennes.

En 760, l’écrivain Lu Yu a écrit The Tea Classic, le premier livre consacré exclusivement à cette plante, qui a commencé à montrer l’importance culturelle que cette boisson avait et a encore pour les Chinois.

Au début, les feuilles de thé n’étaient utilisées que comme offrande dans certains rituels, puis elles ont été utilisées comme médicament (comme le prouvent les textes déjà mentionnés), comme nourriture et, enfin, elles ont servi à préparer la fameuse boisson. Sous la dynastie Song, la coutume de préparer cette boisson à partir de thé en poudre se répandit, ce qui donna plus tard naissance au fameux thé matcha, utilisé dans la cérémonie du thé au Japon.

On dit que certains moines bouddhistes en buvaient pendant leurs longues journées de méditation, car la théine les aidait à rester éveillés. Mais la théine n’a pas seulement aidé les moines à garder l’esprit actif, elle a réchauffé les pauvres, réconforté les riches et inspiré des poètes et des artistes. Elle est finalement devenue l’une des boissons les plus populaires en Chine. Grâce à la route de la soie, elle a commencé à se répandre en Asie et de là, dans le reste du monde. De nos jours, boire du thé est presque une nécessité vitale pour les Chinois, tout comme manger ou dormir, puisque dans de nombreuses occasions sa consommation est liée à une recherche de tranquillité et de détente.

Cette boisson est si importante dans la culture du pays qu’il existe même des cours universitaires qui lui sont consacrés. Les étudiants étudieront la culture de cette plante, ses différents types de transformation, les effets médicinaux de la boisson, la façon de réaliser la cérémonie traditionnelle ou encore les questions liées à sa distribution dans le monde.

Le thé chinois ne peut pas être bu de toute façon. Il existe certaines règles que tout Chinois connaît intuitivement. Pour commencer, il faut le boire très chaud. En fait, de très petites tasses sont généralement utilisées pour mieux conserver la chaleur. Ensuite, il faut le boire sans lait et surtout sans sucre. Ajouter quoi que ce soit à un thé, c’est gâcher la subtilité et la pureté de son goût, ainsi que ses propriétés. En outre, comme me l’a confirmé un ami chinois, l’ajout de n’importe quel édulcorant à cette boisson donnerait la nausée à la plupart des Chinois. Troisièmement, vous pouvez le boire à n’importe quel moment de l’année. Un bon thé chaud fait du bien, quelle que soit la température.

Le thé en Chine est un art, de la cueillette à la préparation lors des cérémonies du thé. Cependant, malgré les règles à suivre comme celles déjà décrites, ne pensez pas que chaque fois que quelqu’un va boire une tasse, il doit effectuer la fameuse cérémonie… Rien de tout cela, avoir une bouilloire à côté et un thermos où la verser est plus que suffisant. En Chine, ils boivent du thé partout et il y a des bouilloires même dans le métro. Les cérémonies sont reléguées à des moments beaucoup plus particuliers ou dans les célèbres maisons de thé. Pendant les cérémonies, le thé devient bien plus qu’une simple boisson. La préparation et la dégustation au cours de ce rituel sont pleines de beauté ; c’est tout un exercice d’équilibre spirituel et de perfectionnement personnel, qui apporte l’harmonie à ceux qui le pratiquent.

Les maisons de thé, réparties dans tout le pays, ont servi de lieux de rencontre pendant des siècles. Il est pratiquement impossible de visiter une ville chinoise sans rencontrer l’un de ces lieux. Les gens y allaient pour parler, pour négocier, pour jouer et parier, pour assister à différents spectacles… Tout cela, autour d’un bon thé.

De nos jours, on trouve toutes sortes de thés dans les supermarchés et les magasins spécialisés dans les infusions, sans parler d’Internet… Mais savez-vous lesquels de ces thés sont originaires de Chine ?

Le thé vert est de loin le plus populaire dans le pays. La Chine est le plus grand exportateur de thé vert au monde, car elle possède des plantations de grande qualité et son goût est également très apprécié en Occident. Bien que provenant de la même espèce que le thé noir, les propriétés attribuées au thé vert sont beaucoup plus importantes. En effet, les feuilles sont cueillies fraîches et ne souffrent pratiquement pas d’oxydation pendant la transformation, ce qui permet de conserver leurs nombreuses propriétés. Il est anticancérigène et bon pour le système immunitaire, en plus d’avoir un goût doux et de contenir moins de caféine que le noir.

Le thé Longjing, de la province de Hangzhou, est peut-être le thé vert le plus célèbre du pays. Sa qualité et son bon goût sont indéniables. De plus, il contient une grande quantité de vitamine C, d’acides aminés et de catéchines (substances antioxydantes qui rendent le thé amer). Un autre des meilleurs thés verts de Chine est le Biluochun, originaire de la région montagneuse de Dongting dans la province de Jiangsu. Il a un goût fruité et un arôme floral. Il convient également de mentionner Lu’an Guapian et Maofeng, de la province de l’Anhui. Et nous ne pouvons pas oublier la célèbre poudre à canon, dont les feuilles sont roulées en boules, car on pense que de cette façon elles conservent mieux leurs propriétés.

Le thé blanc est extrait des feuilles les plus tendres du Camellia sinensis, qui sont immédiatement séchées et traitées pour éviter l’oxydation. Ses propriétés antioxydantes sont, en fait, encore plus importantes que celles du vert. Cependant, le fait que seules les feuilles les plus jeunes puissent être utilisées signifie que la production est faible et donc que le prix est quelque peu élevé. Son goût est très agréable et délicat, moins amer que celui des autres thés. Le meilleur thé blanc de Chine est le Baihao Yinzhen (« aiguille d’argent » en référence à la forme et à la couleur de ses feuilles). Il vient de la province de Fujian et le fait qu’il soit le meilleur en fait aussi le plus cher.

Le thé jaune se trouve entre le vert et le blanc et son traitement est très similaire à ces deux derniers. Les feuilles sont moins sèches que celles du thé vert, ce qui leur donne un ton jaunâtre et un goût légèrement différent. La quintessence du thé jaune chinois est le Junshan Yinzhen du Hunan. Il est rare, mais de grande qualité.

A l’opposé du vert, il y a le thé noir, beaucoup plus oxydé (d’où la couleur sombre de ses feuilles), plus aromatique et avec plus de théine que le précédent. Il n’est pas le préféré de la plupart des gens dans le pays, mais certains des thés noirs chinois sont très remarquables, bien qu’ils ne soient peut-être pas aussi célèbres en Occident que ceux de l’Inde. Citons par exemple le thé Keemun ou Qimen (de l’Anhui), le Lapsang Souchong (du Fujian), Dian Hong (du Yunnan) et Ying De Hong (du Guandong).

Un autre type de thé chinois qu’il convient de mentionner est le pu’er (ou pu-erh), inclus dans les thés rouges, bien que celui-ci ait un processus de fermentation beaucoup plus compliqué. Au cours de ce processus, le thé peut passer de 2 à 60 ans stockés dans des fûts en bambou. Plus il est resté longtemps dans ces fûts, plus sa qualité sera élevée (c’est pourquoi on le compare souvent à de bons vins). Les feuilles prennent une teinte rougeâtre et c’est pourquoi, en Occident, le pu’er est plus connu sous le nom de thé rouge, célèbre pour ses propriétés amincissantes et digestives.

Nous avons aussi le thé oolong, qui est aussi appelé thé bleu en raison de sa couleur noir bleuté. Il est à mi-chemin entre le vert et le noir. C’est un thé semi-fermenté, moins oxydé que le thé noir, il conserve donc ses propriétés antioxydantes. Sa saveur est moins amère que celle du thé vert, laissant même une touche de douceur en bouche. Les oolongs de meilleure qualité sont Tieguanyin, Da Hong Pao (tous deux du Fujian) ou Dan Cong (du Guangdong), entre autres.

Et enfin, il y a ceux qu’on appelle les thés de fleurs, faits à partir de fleurs séchées comme l’hibiscus, le chrysanthème, le lilas, le lys, le souci et, le jasmin. Ils sont parfois mélangés avec des feuilles de thé vert, mais ils peuvent aussi être pris seuls. Ce type est également très populaire dans le pays et non seulement il a un goût exquis, mais il a aussi un arôme enivrant. On pense également qu’il est meilleur pour la peau que tout autre cosmétique antirides.

Comme vous pouvez le voir, il y a une variété pour satisfaire les goûts de chacun. Heureusement, de nos jours, il n’est plus nécessaire d’aller jusqu’en Extrême-Orient pour déguster cette boisson spéciale et s’immerger dans la culture de ce pays asiatique. En Chine, c’est clair pour eux : boire du thé n’apporte que des bienfaits pour le corps et l’esprit. Un proverbe chinois dit : « Une tasse de thé par jour peut faire mourir de faim un pharmacien ».