Dix caractéristiques pour comprendre la culture et les affaires chinoises

Pour nous tous en Occident, la Chine est un monde à découvrir. Voici les dix clés les plus importantes pour comprendre la culture chinoise et la façon dont elle fait des affaires.

La Chine est un pays qui s’étend sur 9 597 millions de km2 et qui compte 1 386 milliards d’habitants. Dans ses principales villes comme Shanghai vivent 26,32 millions de personnes, et 21,54 millions de personnes vivent à Péking ou Beijing. Le chinois mandarin est la langue maternelle la plus parlée au monde devant l’anglais.

Vivre en Chine est une expérience incroyable ou tout va plus vite qu’en Occident. La Chine a connu une croissance à 2 chiffres pendant des années, bien qu’ayant un certain ralentissement depuis quelques années la Chine est en passe de devenir la première puissance économique mondiale devant les Etats-Unis.

Il est alors important de bien comprendre la Chine pour ceux qui veulent réussir à créer un business. Voici dix clés pour comprendre la Chine des affaires.

1. La confiance

C’est une société qui, en raison de son histoire, ne fait confiance à personne, tout en Chine évolue dans des cercles de confiance et cela vaut plus que les documents que vous parvenez à signer lors des négociations avec eux. Lorsqu’un Chinois présente quelqu’un à son cercle de confiance, il devient responsable des bons ou mauvais actes qui peuvent se produire. Il n’est donc pas si facile de les atteindre, mais si vous y parvenez, le chemin est assuré. Dans la culture chinoise, si une personne demande une faveur, c’est une « obligation » de le faire, ce n’est pas facultatif.

2. Le respect ou le manque de respect

Leur culture a été renforcée par le respect, de sorte qu’un Chinois ne perdra jamais la face avec un autre Chinois ou une autre personne en public. C’est-à-dire qu’il ne vous humiliera jamais et ne vous fera sentir mal devant quelqu’un. Pour eux, dire NON, c’est faire perdre son « visage » à une personne. Par conséquent, lorsque vous vous lancez en affaires avec eux, vous ne rencontrez généralement jamais la personne qui est en mesure de prendre la décision. (vous n’avez donc pas à dire NON, si c’est le cas).

Pour les Chinois, les affaires doivent se faire avec de la nourriture, de l’alcool et un sauna. Ils se présenteront toujours en groupe (jamais une seule personne n’y va) et chacun des membres a un rôle spécifique, par exemple ; les plus jeunes seront chargés de la boisson (on dit que les gens se connaissent vraiment lorsqu’ils agissent sous l’emprise de l’alcool, ils savent donc s’ils peuvent faire confiance à l’entreprise qui leur est proposée), les plus âgés ne boiront donc pas et attendront le résultat. Un autre se contentera de regarder, mais parlera très probablement la langue de son homologue afin d’entendre ce qui est prévu (en pensant que personne ne le comprend). L’important, en fin de compte, est toujours de leur faire sentir qu’ils peuvent gagner quelque chose.

Ce qu’ils feront, c’est que peu à peu, ils feront savoir clairement ce qu’ils pensent, de manière très subtile. Si dans une négociation il n’y a pas de « OUI » explicite, tout est « NON » ou rien ne peut être considéré comme acquis.

3. La surpopulation

La Chine est un pays surpeuplée, ce qui l’a amenée à ne pas avoir certaines coutumes sociales que nous avons en Occident. C’est-à-dire qu’ils ne sont pas conscients du respect de l’espace personnel, cet espace que nous gardons lorsque nous interagissons avec d’autres personnes.

Leur niveau élevé de pollution implique que près de 50% de la population porte un masque.

De plus, la protection de la vie privée est très faible, il y a trop de caméras de surveillance.

4. L’enfant unique

La Chine a dû subir de nombreux changements en très peu de temps, tout se passe très vite. Ils n’ont pas de couches sociales, donc « apparemment » tout le monde est égal et a le même pouvoir d’achat, tout le monde vit très bien (économiquement parlant). À un moment donné, la Chine a adopté une loi interdisant d’avoir plus d’un enfant par famille, compte tenu de sa surpopulation. Beaucoup plus tard, ils ont dû annuler cette loi, ils ont fini par réaliser ces enfants devenaient des enfants gâtés, que toute la famille ne tournait qu’autour d’un seul héritier, qu’ils devenaient des gens qui ne pensaient qu’aux choses matérielles avec le moins d’efforts possible, que cette génération générait un problème social très fort et qu’ils ne voulaient pas étudier. Il était nécessaire de remédier à cela pour les futures générations.

5. L’éducation

L’éducation en Chine tient une place prépondérante. C’est un système très élitiste et avec une importance de la discipline. Les élèves apprennent à travailler dur et deviennent vite autonomes et responsables. L’éducation est cependant très inégalitaire selon les régions.

Avec ce système mis en place, les universités chinoises occupent les premières places des classements internationaux des grandes écoles et universités.

6. le Made in China

Nous connaissons tous en Europe le « Made in China », qui est associé à : « c’est de mauvaise qualité ». L’explication que les chinois donnent est que cette réputation est la faute des acheteurs/importateurs, puisque la « qualité » est toujours en troisième ou quatrième position des critères qu’ils appliquent lorsqu’ils sélectionnent les produits, l’important est la quantité par rapport au prix et la rapidité avec laquelle ils parviennent à l’obtenir.

D’ici à 2025, la Chine entreprendra une campagne pour changer cette image. La même chose est arrivée au Japon il y a de nombreuses années et ils ont réussi à la changer.

7. Le pragmatisme

La Chine est réputée pour la sévérité de ses lois et la manière impitoyable dont elle les applique. Ils sont très stricts en ce qui concerne la réglementation des produits qu’ils fabriquent pour eux, en particulier ceux qui sont destinés à la consommation. Mais d’un autre côté, ils sont très pragmatiques / flexibles en ce qui concerne la réglementation des produits qu’ils produisent et qui sont destinés à l’exportation, ils n’obligent à respecter aucune norme (d’où également la mauvaise réputation du Made in China). Ils se sont consacrés à filmer tout ce qui leur tombe sous la main, en particulier la technologie (ils ne créent / n’inventent rien), les grandes marques du monde envoient produire en masse presque tout en Chine et ils ne conserveront jamais la propriété intellectuelle d’un produit. La Chine dit : « si vous ne voulez pas que cela arrive, vous devriez le fabriquer vous-même ».

8. La négociation

La Chine veut montrer au monde qu’elle est autosuffisante, et quiconque veut faire des affaires avec elle doit s’adapter à sa culture et à sa façon de faire les choses. Il est courant que les Chinois modifient les termes de la négociation après avoir signé et accepté tout ce qui est négocié. Ils n’ont pas le dernier mot. Mais si, au contraire, ils voient une entreprise intéressante et très rentable, leur rapidité l’emporte.

9. Le nationalisme

Bien sûr, la Chine a un nationalisme profondément enraciné pour tous ses habitants et cela a été réalisé grâce à un endoctrinement permanent, il est normal de voir que tous les systèmes de transport sont remplis d’écrans où sont transmis en permanence des messages du gouvernement, dans les places principales des écrans géants remplissent le même rôle. Quand vous entendez un Chinois parler de son pays, il l’évoque avec un grand sentiment d’appartenance : « mon pays », « ma ville », etc. La Chine veut montrer au monde qu’elle peut faire la même chose que les autres, c’est pourquoi en 2018 elle a envoyé sa première mission sur la lune, atteignant une partie inexplorée par les humains.

10. Le numérique

Pour conclure, les progrès en matière d’infrastructure et de technologie en Chine sont vraiment étonnants. Jour après jour, elles sont réinventées et organisées. Leur nouvelle stratégie consiste à atténuer la pollution dans les grandes villes. Ils ne laisseront donc que les entreprises numériques dans la ville de Shanghai et les autres devront se délocaliser dans le reste du territoire.